Le 17 novembre, au service de cancérologie de l’hôpital Metro North de Brisbane, en Australie, les patients auraient pu se croire dans une bande-dessinée. Captain America, Batman ou encore l’Incroyable Hulk étaient présents pour soutenir Danielle Javernig.

Cette maman australienne qui lutte depuis six mois contre un cancer du sein s’était déguisée en Wonder Woman pour célébrer son dernier jour de chimiothérapie.

Diagnostiquée en mai 2015, après la découverte d’une tumeur au sein droit, cette maman de jumelles de cinq ans est porteuse d’un gène rare et héréditaire, répertorié sous le nom BRCA 1, qui augmente de 80 % les risques de développer un cancer du sein et de 40 % ceux d’un cancer des ovaires. “La tante de ma mère, que nous n’avons jamais connue, est morte d’un cancer du sein à 40 ans, et elle a eu trois filles qui sont également mortes d’un cancer du sein”, a-t-elle expliqué aux journalistes du Brisbane Times.

“C’est la partie frustrante de l’histoire. Si nous l’avions su plus tôt, nous aurions pris une décision,” explique-t-elle. Une semaine après avoir été diagnostiquée, Danielle a commencé une chimiothérapie qui, au bout de trois mois, n’avait toujours pas donné de résultats. Elle a donc subi une mastectomie, avant de recommencer les séances de chimiothérapie.

Et après six mois de lutte, l’ultime rendez-vous est enfin arrivé. “Depuis mon premier jour de chimio, j’ai dit ‘Le dernier jour, je m’habillerai en Wonder Woman, si j’arrive à m’en sortir'”, explique Danielle Javernig. Pari tenu ce 17 novembre, où la maman et toute sa famille, elle aussi déguisée, ont envahi le service. “Tout le monde dans la salle de chimio, les patients qui étaient là ce jour-là, m’ont témoigné leur soutien.”

“Il y a beaucoup de femmes et d’enfants rescapés de la chimio tous les jours. Tous les gens qui se trouvent dans cette salle sont des super-héros. Aussi malades qu’ils soient, aussi malades que nous soyons tous, nous étions ensemble. Voir tout le monde autour de moi, cela m’a réchauffé le cœur”, raconte-t-elle.

Et pour immortaliser ce jour, l’australienne a organisé une séance photo professionnelle avec la photographe Samantha Gales, à laquelle toute sa famille a participé. “C’est quelque chose que j’aimerai que mes enfants gardent, un rappel, un souvenir de ce qui s’est passé”, a expliqué Danielle Javernig.

Le combat de Danielle Javernig n’est pourtant pas encore fini. Elle doit encore subir une radiothérapie, avant de se faire retirer les ovaires et les trompes de Fallope dans les mois à venir. Depuis la découverte de son cancer, ses sœurs ont toutes deux été testées, pour savoir si elles aussi étaient porteuses du BCRA 1.

“Etre informé, c’est avoir le pouvoir. (…) Renseignez-vous sur l’histoire de votre famille. S’il y a des soupçons de cancer du sein, je vous conseille vivement de passer le test, c’est le seul moyen de prévenir”, insiste Danielle Javernig, qui souhaite sensibiliser au dépistage de sa maladie